Tout connaitre sur le label Digigraphie d’Epson

La digigraphie a été longtemps concoctée dans les coulisses de la firme Epson. En réalité, la marque estime que c’est l’innovation qui marquera à tout jamais l’impression numérique, à côté de tous les autres matériels innovants fruits de son savoir-faire et de son expérience. Le défi a été ainsi relevé, et a abouti concrètement à la sortie de cette machine qui imite les artistes peintres, leur œuvre et leur inspiration à travers des répliques parfaites. Mais le chemin parcouru est  long avant d’arriver à cette apogée des imprimantes de la marque.

Origine de la Digigraphie

Ce nom n’a été connu du grand public que récemment. L’inauguration s’est faite en novembre 2013.Toutefois, le concept et la pratique a toujours été dans les coulisses de la peinture artistique. En effet, Epson a toujours été le partenaire de toujours des artistes dans les tirages sur papier de leur œuvre. Photographes, laboratoires ou personnage, plasticiens, mais surtout les peintres travaillent en étroite collaboration avec la marque. D’ailleurs, c’est à travers les imperfections identifiées avec ces premiers essais que la firme a pu avancer dans ses recherches. Et même, ce sont ces façons de procédé qui ont donné sa conviction vers la capitalisation de la reproduction numérique comme une discipline indépendante. L’œuvre d’art connait ainsi une autre filière, pas seulement une comme les autres, mais celle qui pourra s’opérer dans toutes les variantes.

Pourquoi « Digigraphie » ?

Ce tirage numérique d’œuvre d’art fruit des machines performantes d’Epson a connu différentes appellations dès que ce procédé s’est concrètement instauré dans la pratique des artistes. Le premier nom remonte vers les années 90, aux États-Unis lorsqu’un maitre imprimeur, Jack Duganne, chercha un terme commun qui définira fermement ce procédé. Les termes français ont été les plus sollicités, mais apparemment s’apparentent trop avec un tirage simple pouvant se faire n’importe où, d’aucune originalité comme jet d’encre, gicleur ou encore giclée. Les autres artistes venant d’autres pays auront beau chercher, mais les constats restent les mêmes. Face à cette difficulté, alors que la discipline connait un essor certain, les artistes commencèrent alors à déposer des appellations créatives comme pixographie, hyperchromes et bien d’autres encore.

Epson, apparemment, à travers l’évaluation de son travail ne s’est décidé que tardivement à construire un label pour ses imprimantes, d’autant plus que les risques commencent à surgir. Digigraphie est le titre choisi par la firme, suivi d’un dépôt de ce label à l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI), ainsi que chez l’Institut des Marques européennes. Ces démarches impliquent ainsi des règles d’usage bien définies pour le respect mutuel entre tous les acteurs principaux dans le domaine de l’art. Le procéde connaitra depuis un succès notable. La notoriété de la marque s’est imprimée. Les grands artistes, les musées de renom et tout autre particulier voulant avoir des œuvres d’art dans leurs locaux peuvent entamer une collaboration professionnelle avec la marque. Les artistes se verront aussi avantagés puisque leur œuvre connaitra un public plus large, les inspirations de création seront doublées.